Destinations

> >
Films américains

Sélection de films américains

en partenariat avec Amazon Afin de mieux préparer votre départ, nous avons effectué une sélection de films américains disponibles en DVD. Vous pouvez obtenir plus d'information sur un film et vous le procurer en
cliquant simplement sur la jaquette.

 

 
Elephant

de Gus Van Sant
(2003)

Mulholland Drive

de David Lynch
(2001)

Une histoire vraie

de David Lynch
(1999)

Boy's don't cry

de Kimberly Pierce
(1999)

Cookies' Fortune

de Robert Altman (1999)

Il faut sauver
le soldat Ryan

de Steven Spielberg (1998)

Forrest Gump

de Robert Zemeckis
(1994)

L'impasse

de Brian de Palma (1993)


La trilogie du Parrain

de Francis Ford Coppola
(1972-74-90)

Short Cuts

de Robert Altman (1993)

Blade Runner

de Ridley Scott
(1982)

La porte du paradis

de Michael Cimino (1982)

Rusty James

de Francis Ford Coppola
(1982)

E.T.

de Steven Spielberg (1982)

Manhattan

de Woody Allen
(1979)

bienvenu
Mister Chance

de Hal Ashby
(1979)

Alien

de Ridley Scott (1979)

halloween

de John Carpenter (1978)

Grease

de Randal Kleiser
(1978)

Voyage
au bout de l'enfer

de Michael Cinino (1978)

Carrie

de Brian de Palma
(1976)

Taxi driver

de Martin Scorsese (1976)

Une femme
sous influence

de John Cassavetes (1974)

La ballade sauvage

de Terrence Mallick (1973)

American Grafiti

de Georges Lucas
(1973)

French Connection

de William Friedkin (1971)

Panique à needle park

de Jerry Schatzberg (1971)

Five easy pieces

de Bob Rafelson (1970)

Easy Rider

de Dennis Hopper
(1969)

Le Lauréat

de Mike Nichols
(1967)

la poursuite impitoyable

de Arthur Penn
(1966)

Baby Doll

de Elia Kazan
(1966)

Dr Folamour

de Stanley Kubrick
(1964)

America, America

de Elia Kazan
(1963)

La conquête de L'ouest

de Hataway Ford
(1962)

Lolita

de Stanley Kubrick
(1962)

les misfits

de John Huston
(1961)

La mort aux trousses

de Alfred Hitchcock (1959)

Certains l'aiment chaud

de Billy Wilder
(1959)

La nuit du chasseur

de Charles Laughton (1955)

Chantons sous la pluie

de Stanley Donen
(1952)

L'inconnu du nord express

de Alfred Hitchkock (1951)

Le massacre
de Fort Apache

de John Ford
(1948)

La vie est belle

de Frank Capra
(1946)

la poursuite infernale

de John Ford
(1946)

L'ombre d'un doute

de Alfred Hitchkock (1943)

La splendeur des Amberson

de Orson Welles (1942)

Citizen Kane

de Orson Wells
(1941)

Les raisins de la colère

de John Ford
(1940)

Monsieur Smith
au Senat

de Frank Capra
(1939)

Autant en emporte
le vent

de Victor Fleming
(1939)

Laurel et hardy
au Far west

de James Horn
(1937)

L'aurore

de Friedrich Murnau (1927)

le Mécano de la générale

de Buster Keaton (1927)

La ruée vers l'or

de Charlie Chaplin
(1925)


Les temps modernes
de Charlie Chaplin
(1936)

Charlot à l’usine : un voyage au cœur de l’Amérique taloyriste des années 20-30. L’homme du XXè siècle est empêtré dans ses contradictions ; il navigue à vue ; guidé par le seul l’humanisme du vagabond il cherche à éviter de s’échouer sur les rives sauvages d’un monde industriel totalement délirant. « Modern Time » c’est une vision décapante de la modernité, c’est sûrement la quintessence de l’art de Chaplin.
Le film est muet : on rit beaucoup, à défaut de vraiment progresser en anglais (mais on peut se rattraper en écoutant les bonus en V.O.).


Intolérance
de D. W. Griffith
(1916)

« Intolérance », l’autre chef d’œuvre de Griffith, est un film tout aussi ambitieux et, s’il est moins abouti, il livre, par contre, un vrai message humaniste.
Tous les films de Griffith sont muets ; en les découvrant vous n’apprendrez donc pas l’anglais mais vous apprendrez l’Amérique et, ce qui revient un peu au même, le cinéma !
(reportages et « making off » en anglais)

 


Naissance d'une nation
de D. W. Griffith
(1915)

« The Birth of a Nation » relate la guerre de sécession perçue d’un point de vue sudiste. Comme son nom l’indique, il rapporte l’histoire de l’ « Union » et la naissance de l’identité américaine. Ce film, puissant, novateur et flamboyant, est régulièrement cité parmi les dix chefs d’œuvre du cinéma (à ce jour, il reste aussi le film le plus cher jamais tourné aux USA !). Le propos est quelque peu radical, les idées qui le sous-tendent sont condamnables (parce que réactionnaires et souvent racistes), mais la forme n’en demeure pas moins somptueuse et totalement révolutionnaire au niveau du langage et du style. « The Birth of a Nation » a modelé tout l’art cinématographique.