L'été en immersion, en famille

Séjours linguistiques aux USA

 

Destinations proposées pour l'immersion aux Etats-Unis:

Si le cinéma s'inspire de l'Amérique, l'Amérique en retour imite le cinéma. Le nouveau continent, comme l'écran, oscille entre rêve et réalité. Là-bas, le réel laisse rêveur et le rêve cherche à se réaliser. L'Amérique vit en osmose avec un décor qui a les dimensions d'un continent. Elle s'autorise la magie. On l'adore comme une star, mais on lui reproche de trop cultiver son image. Elle nous fait peur... On cultive ses défauts. Elle nous fascine...On hésite à l'imiter.

Silence...

Celui des parcs naturels et de l'informatique. Celui des compte-à-rebours qui précèdent les départs des engins spatiaux. Celui des prières (incantations indiennes et hymne national), et celui du raffinement technologique (le zéro-bruit des engrenages et du système Dolby). Le silence  des plateaux avant les shows ; le silence du reste du monde qui se tait pour écouter battre le c'ur du pays (le dollar, les taux d'intérêt, la dette extérieure ou les affres des Présidents).

Moteur...

Une conséquence plutôt qu'une contradiction. En réponse au silence, les Américains font du bruit. Pour animer un si grand espace, ils ont décidé de tout mettre en mouvement (villes, rues, campagnes, magasins, ports et aéroports). Tout est toujours allumé, éclairé, visité. Partout les moteurs tournent : voitures, avions, camions, navettes et ordinateurs. Jour et nuit, les Etats-Unis vont de l'avant.

Action...

Ce pays qui fait rêver met toujours en valeur la réalité. Si l'Europe est la terre des concepts, l'Amérique est celle des actes et des faits. Elle fabrique du réel. Pendant qu'ici on mâche les idées, là-bas on les matérialise. On passe à l'acte. Car, pour un Américain, un projet n'est rien s'il n'est pas suivi d'un mouvement ou d'un geste. Voilà pourquoi le fameux « Just do it » (que l'on pourrait traduire en termes européens par « Je fais, donc je suis ») est le slogan fort de l'Amérique. Conséquence de cette philosophie positive, un échec aux Etats-Unis est toujours provisoire. Ce n'est jamais le bout d'un chemin, mais toujours une étape vers un futur succès. L'Amérique, parce qu'elle sait tourner la page, nous apprend à agir et à entreprendre.