Études supérieures aux USA

Quand partir étudier aux USA ?

Le bon moment pour partir 

Un étudiant peut concevoir sa participation au programme Go Campus à différents moments de ses études. Il peut choisir :
> de partir étudier une année après son année de terminale, avec l’idée de réintégrer un cycle d’études en France à son retour ;  
> de partir étudier une année au milieu de son cycle d’études en France avec la possibilité de réintégrer ce cycle à son retour ;
> d’engager un cycle d’études complet aux États-Unis (jusqu’à l’obtention du diplôme américain « Bachelor’s » ou d’un « Master’s Degree ») ; l’étudiant pourra alors bénéficier de la bourse sur la longue durée (de 1 à 4 ans) ;
> de conclure ses études françaises par une ou plusieurs années d’études aux États-Unis ou au Canada (avec la possibilité, en restant deux années au moins, d’obtenir un diplôme américain : "Associate's dDegree", "Bachelor's Degree" ou "Master’s Degree") ;

Il est possible de s’engager dans un premier temps pour une seule année (formules "Academic", "Southern Utah University" ou "Community College") voire un semestre (formule "IEP" ou "Community College") et de décider sur place de prolonger son expérience ;

Chaque solution a ses avantages. Quelle que soit l’option choisie et la durée d’études aux USA envisagée, cette parenthèse américaine ne pourra être que bénéfique : maîtrise de l’anglais, expérience à l’international, diplôme reconnu voire — selon les cas et les diplômes — validé en France. Cette période d’études constitue donc un véritable tremplin au niveau des études supérieures et au niveau professionnel. L’expérience est bénéfique en tout point. Elle ouvre des portes ; en aucun cas, elle n’en ferme.

Partir en janvier : une réelle opportunité 

  • Les universités conçoivent les semestres de façon tout à fait autonome. Il est donc très courant aux États-Unis d’entamer un cursus en janvier. Le départ à cette période de l’année peut être particulièrement intéressant pour un étudiant français.
  • Il est tout à fait envisageable de suivre un semestre d’ESL et de poursuivre son cursus américain classique dans la foulée (pour une ou plusieurs années). On peut ainsi se recaler avec le calendrier universitaire français.

Date limite d'inscription pour un départ en janvier : 15 octobre 2017

Et après ? La question des équivalences

  • Il est évident, qu’en France comme ailleurs, le fait d’avoir étudié à l’étranger — et a fortiori d’y avoir obtenu un diplôme ("Associate’s Degree", "Bachelor’s Degree" ou "Master’s Degree") — est reconnu sur le marché du travail.
  • La maîtrise de la langue, l’expérience acquise, le niveau académique atteint, la capacité d’adaptation et la flexibilité requises lors des études à l’étranger... tous ces éléments ont une grande valeur auprès des employeurs et permettent à celui qui se lance dans la vie professionnelle de se démarquer et d’être remarqué.
  • Mais pour autant, si un participant décide de passer de deux à quatre années aux États-Unis (pour y obtenir un diplôme américain), et qu’il envisage ensuite de poursuivre ses études en France, il se posera évidemment la question des équivalences pures (quel diplôme ouvre quelle porte ?). Il faut savoir qu’on ne peut répondre à cette question complexe qu’au cas par cas, en fonction du domaine d’études du participant, de son parcours et de la suite qu’il entend donner à ce dernier.
  • Chacun doit s’informer avant son départ sur la reconnaissance précise de son cursus américain afin de préparer au mieux son retour. Go Campus peut l’aider dans cette tâche (expérience et maîtrise du sujet, réseau d’anciens participants). Le site de Calvin-Thomas est là aussi pour lui fournir les informations dont Go Campus dispose.
  • On doit savoir qu’en règle générale un "Associate’s Degree" est reconnu comme un "Bac +2" ; un "Bachelor’s Degree" est reconnu, dans le public, comme un "Bac +3" (licence) et, dans le privé, comme un "Bac +4" (Master 1) ; enfin, un Master’s Degree est reconnu comme un "Bac +5" (Master 2).
  • Depuis 2009, le CIEP (Centre International d'études pédagogiques) — organisme officiel — a adopté une approche comparative pour le traitement des demandes de reconnaissance des titulaires de diplômes étrangers. Ces derniers sont évalués en regard du système français. Le détenteur d'une qualification étrangère reçoit alors une attestation de comparabilité qui fait office de validation officielle. 

 pdf2.gifLire aussi notre enquête sur les anciens participants Go Campus : "Que sont-ils devenus ?

 
 
 

Prochaine réunion à Paris le Mercredi 11 janvier 2017 à 17H00. Contact :